pneumopathie interstitielle
0

La pneumopathie interstitielle est une maladie chronique qui affecte l’interstitium des poumons. Elle affecte par inadvertance les tissus qui entourent les alvéoles.

La pneumopathie interstitielle affecte les tissus conjonctifs entre les alvéoles et les bronches. Il est possible que ce type de maladie pulmonaire touche à la fois les alvéoles et les bronches. Les tissus conjonctifs, les vaisseaux sanguins et les canaux lymphatiques s’infectent et c’est par cette infection que les poumons sont gravement touchés, provoquant une pneumopathie interstitielle. Outre les poumons, c’est le fibroblaste qui est également touché. Le fibroblaste est la fibre qui maintient les poumons ensemble.

C’est une maladie pulmonaire chronique qui peut conduire à créer un défaut dans les tissus conjonctifs, rendant les poumons susceptibles de mal fonctionner. La respiration étant directement corrélée à l’activité dédiée aux poumons, il est inévitable que la fonction respiratoire normale d’un individu soit entravée. C’est là que l’espérance de vie est affectée. L’inflammation des tissus pulmonaires peut également entraîner la recrudescence d’une douleur inconfortable dans la poitrine. La pneumopathie interstitielle, si elle n’est pas diagnostiquée, peut entraîner d’autres complications conduisant à une fibrose pulmonaire. La fibrose est l’état dans lequel vous développez des tissus fibreux dans l’interstitium.

Causes et symptômes

Il existe un certain nombre de causes qui sont jugées coupables de la pneumopathie interstitielle. L’une des principales causes est la capacité retardée de l’organisme à se rétablir lorsqu’il est frappé par une blessure. Une autre cause pourrait être l’inhalation de certains gaz qui sont nocifs et s’ajoutent aux principaux polluants environnementaux. Les allergies, l’apparition de la polyarthrite rhumatoïde, la radiothérapie et les infections causées par des bactéries et des virus sont les principales causes d’entrée dans le système. Un fait intéressant à noter est que la pneumopathie interstitielle peut également être causée par des raisons totalement inconnues dans la nature. Il s’agit d’un type de fibrose pulmonaire idiopathique. Les fumeurs chroniques et tous ceux qui ont cette maladie en cours dans leur histoire ont un plus grand risque de contrer cette maladie.

Le diagnostic devient très difficile, car les symptômes sont similaires à des maux courants dont on souffre au cours du vieillissement, ou par ceux qui sont obèses. Les principaux symptômes que l’on traverse sont une respiration altérée, un épuisement excessif, surtout lorsqu’on fait de l’exercice ou que l’on vient de monter un escalier. Les symptômes peuvent également se caractériser par une respiration sifflante, une sensation d’essoufflement alors que l’on ne fait que poursuivre les tâches quotidiennes de la maison, accompagnée d’un accès inconfortable de douleur thoracique.

maladies pulmonaires

Espérance de vie

En ce qui concerne l’espérance de vie des patients atteints de cette maladie, elle est tristement restreinte. Elle est prévue pour être de 2 à 5 ans en moyenne. La thérapie médicamenteuse est efficace dans quelques cas. Cependant, tout ce que la prise de médicaments peut faire, c’est soit d’interrompre partiellement la progression de la maladie, soit d’aboutir à un ralentissement de son processus de propagation. Celles qui entrent dans la catégorie des pneumopathies interstitielles sont irréversibles par nature. Cependant, certaines peuvent être guéries, à condition que l’on soit capable de diagnostiquer la maladie à son stade néonatal. Cela est dû au fait que, lorsque la cicatrisation ou les dommages se produisent, les poumons ne peuvent pas retrouver le fonctionnement normal ou l’activité qu’ils sont censés exercer.

Les maladies pulmonaires interstitielles sont des maladies qui peuvent être guéries.

Les pneumopathies interstitielles constituent un groupe de maladies caractérisées par une cicatrisation ou une inflammation des poumons. C’est en raison de la cicatrisation des poumons que la capacité des poumons à absorber l’oxygène adéquat est fortement affectée. Certains types de pneumopathies interstitielles sont causés par l’inhalation de poussières et d’autres particules potentiellement dangereuses dans l’atmosphère. Elles peuvent même être classées dans la catégorie des maladies professionnelles.

  • Pneumoconiose du travailleur du charbon, communément appelée maladie du poumon noir, est causée en raison de la respiration de la poussière ou des particules de charbon. L’affaire avec ce type de maladie pulmonaire est que dans la majorité des cas, elle ne s’avère pas fatale, cependant l’exposition accrue à la poussière de charbon ou aux particules de graphite doit être consciemment évitée.
  • L’asbestose est un autre type résultant de l’inhalation de fibres d’amiante. Il n’existe pas de remède ou de traitement pour l’asbestose, si ce n’est que la personne atteinte ne s’expose pas aux fibres d’asbestose libérées. Ainsi, on sait que l’espérance de vie est prolongée lorsque l’individu diminue son contact avec les particules.
  • La silicose, une maladie pulmonaire interstitielle, est conduite par l’inhalation de poussières de silice. L’espérance de vie pour cette affection pulmonaire peut varier en fonction de la fréquence d’exposition à la poussière de silice.
  • L’inhalation de particules de fer peut provoquer la sidérose. La maladie a une évolution assez rapide et des symptômes graves affectent un individu, comme une cirrhose du foie et des crises cardiaques. L’espérance de vie ne peut être déterminée.
  • Le poumon du fermier, ou pneumopathie d’hypersensibilité, touche principalement les agriculteurs qui sont exposés à des cultures infestées de moisissures. Cette maladie est incurable et peut donc affecter l’espérance de vie de l’individu. Si des précautions ne sont pas prises pour éviter le contact avec des cultures moisies, les agriculteurs peuvent devenir handicapés, ou dans les cas graves, la maladie peut même entraîner la mort.

Sachez, que lorsque les symptômes sont au stade initial, il est important de ne pas négliger la maladie, et de demander une aide médicale. Assurez-vous qu’il n’y a pas d’autres complications. Cela n’est possible que lorsque vous recevez la lettre d’ordonnance du praticien. Celui-ci peut vous prescrire une dose de corticostéroïdes ou une supplémentation en oxygène. Il peut aussi avoir recours à la prescription d’anti-inflammatoires comme le Bretnazone ou de médicaments anticancéreux pour éviter l’aggravation des symptômes. Cependant, il se peut que le traitement ne soit pas à la hauteur de la situation.

Ne commettez pas ces 6 erreurs lors de l’installation des détecteurs de fumée

Article précédent

Comment savoir si vous êtes en train d’ovuler

Article suivant

À Lire Aussi

Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.